Découverte de la feria verde de Curridabat

Dimanche matin, 9h30, terrain de l’école de Curridabat : les passants déambulent tranquillement dans l’allée de la joyeuse feria verde. Par ici un stand de beurre de cacahuètes bio, par là un producteur de quesadillas -tortillas de maïs au fromage-, les étals fleurissent et sont aussi attrayants les uns que les autres. Zoom sur ce marché vert de Curridabat, quartier de San José, Costa Rica, aux inégalités marquées entre bidonvilles et résidences d’ambassadeurs.

Quasi intégralement biologique, il a maintenant un peu plus de deux ans. Bien plus que quelques stands de fruits et légumes sur une place centrale, ce marché est porteur d’une vision de développement local et communautaire propre sur lequel on a voulu se pencher. Rencontre avec Mariane, co-fondatrice de ce marché.

Cette idée, nous explique-t-elle, nait en 2014 pendant le festival Envision, au sein d’un groupe d’amis enthousiasmés par cet atmosphère communautaire et de companieurisme. Ce qui est recherché, c’est un lieu ou se construit une relation producteur consommateur directe et un lieu porteur d’une vision à long terme, une vision de changement. >>> L’objectif qui guide Mariane et ses compagnons, c’est donc de pouvoir générer ce changement à travers la (re)création d’un esprit de communauté fort au niveau local.

Le projet se concrétise relativement rapidement par l’investissement d’un donateur privé de 190 000 dollars. Le quartier de Curridabat est choisi puisqu’il ne compte à ce moment là pas encore d’offre dans ce domaine. De plus, le terrain d’une école est très vite sélectionné comme endroit idéal pour mettre en place cette féria. Ayant une importante parcelle de terrain complètement laissée en friche et un ruisseau bordé d’une micro forêt, l’endroit se prête parfaitement à l’exercice. La communauté ou du moins une partie fait au premier abord barriere à ce projet par peur d’une accaparation de l’ensemble des terrains de l’école. Cependant, le projet parvient à se monter : commence un processus de nettoyage de la parcelle, utilisé à ce moment comme une sorte de décharge publique(Mariane nous dit qu’ils auraient sorti 17 camions poubelle d’ordures). Les étudiants de l’Université du Costa Rica sont egalement mis a disposition à travers les travaux communautaire universitaire que chacun doit faire pour se diplomer. Ainsi, plusieurs participent au réaménagement de la parcelle, entre zone arborée, cour, création d’espaces de jeux ou de sociabilité au sein de l’école, mise en place de rampes d’accès et de sanitaires pour handicapés. Bref, les améliorations matériels sur le terrain et les batiments de l’école sont énormes ce qui explique rapidement une acceptation de la communauté.

Au-delà de cet aspect très logistique, la mise en place de la feria suppose aussi bien sur la ,ise en contact avec les producteurs. Au départ, la volonté était de créer une féria végétarienne et vegan, seulement, mais une analyse censée des populations vivant dans la zone a vite démontré que cela était très ambitieux et ne répondait pas forcément à un besoin. Finalement, la sélection se fait plutôt sur l’initiative et la motivation en tant que telles du producteur. Pour etre plus precise, la production n’a pas besoin d’etre biologique pour pouvoir etre vendue sur la feria. Néanmoins, une série de critères filtre l’entrée sur le marché : l’absence d’utilisation de plastique, de conservateurs, de viande si elle n’est pas cultivée en plein air. De plus, une fiche technique est exigé par produit afin de vérifier leurs composants et traçabilité.

Alors maintenant, comment faire que cet espace promeuve cet esprit de communauté que Mariane considérait comme son orbjectif au début de son explication ? Plusieurs choses :

  • d’abord le travail au bénéfice de la communauté comme on l’a vu plus tôt à travers les efforts de réhabilitation de la parcelle publique appartenant à l’école.
  • Ensuite la signature d’une charte de vivre ensemble par les producteurs et vendeurs qui viennent exposer dans la feria, pour garantir une bonne entente, un dialogue, une coopération entre tous, l’idée étant aussi au-delà de permettre aux consommateurs de consommer mieux, aussi implicitement de permettre au producteur de trouver de nouveaux canaux de vente, et développer des réseaux avec les autres exposants.
  • Avoir une vision intégrale : promouvoir la vente d’alimentation bien sur, mais aussi diversifier le plus possible en intégrant toute sorte de produits du moment qu’ils soient locaux (vente de vêtements par exemple).
  • Développer les partenariats : c’est le cas pour la feria verde, qui travaille avec CurriHuerta, association de potagers urbains, ou le mercado vivo, marché qui fonctionne sous le mode du troc.
  • Favoriser l’entraide locale : avec par exemple cette initiative « Doy de corazon », pour laquelle une cause locale est choisie chaque mois, cause pour laquelle des tirelires vont etre réparties et donc de l’argent récolté sur les stands volontaires.
  • Et finalement la participation : et oui, cela reste la clé pour développer un sentiment communautaire ! La feria verde est en ce sens bien plus qu’un marché puisqu’elle organise des ateliers participatifs réalisés par des intervenants bénévoles. Elle recolte de même tous les commentaires du public et tente de s’adapter le plus possible aux envies. Elle a ainsi proposé pour un temps des cours gratuits de bachata pour répondre à plusieurs messages qu’on avait pu passer.

Bref, la feria verde parait être un joli modèle de recréation de lien social, et de promotion de nouveaux schèmes de production et de consommation ! Loin de ce qu’on pourrait penser, selon une étude de fréquentation réalisée par l’équipe organisatrice, il paraîtrait même que le public est diversifié au niveau des âges et des classes sociales.

Convaincus ? Alors, à quelle heure un marché bio dans ton bled ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s