Se nourrir avec harmonie : l’influence du Feng Shui dans la cuisine Hongkongaise

Mondialement connue comme capitale asiatique de la finance, Hong-Kong est réputée pour avoir comme seule religion l’argent. Si, effectivement, le capitalisme se pratique ici comme nulle part ailleurs dans le monde, et que les cultes occupent une place relativement limitée, les habitants de la ville suivent toutefois des coutumes de vie très établies, selon les règles du Feng Shui. Cet art millénaire influence de nombreux aspects de la vie quotidienne des Hongkongais, en particulier leur rapport à la nourriture.

Feng Shui est un terme chinois, composé des mots chinois vent (Feng) et eau (Shui). Il fait référen302ce2ff7c64191b951db2328f3d7c39ce à une pratique millénaire, fortement inspirée du taoïsme, qui consiste à organiser l’environnement afin d’amener l’harmonie et la santé aux personnes qui évoluent en son sein. Les règles du Feng Shui imposent par exemple la présence d’une fontaine ou d’un point d’eau dans chaque bâtiment, car l’eau symbolise le calme et l’apaisement. De la même manière, le Feng Shui déconseille d’aligner les portes avant et arrière d’une maison, car alors le Qi (l’énergie fondamentale qui anime chaque chose) ne ferait que traverser l’habitation sans en profiter à ses résidents. Ces règles ont une importance primordiale dans la vie des Hongkongais, et influencent grandement leur façon d’envisager leur repas.

Dans la culture chinoise, le choix de la nourriture est en effet avant tout une question de mesure : la consommation d’aliments doit être aussi diversifiée que l’est l’environnement autour de nous. Ainsi, trop de sucre, trop de sel, ou une consommation abusive de certains éléments « déséquilibrent l’ordre naturel des choses ». Pour déterminer comment consommer la nourriture en adéquation avec la philosophie Feng Shui, les hongkongais se basent sur plusieurs concepts, censés équilibrer les énergies.

L’un des préceptes essentiels du Feng Shui est l’harmonie des cinq éléments (métal, bois, feu, terre, eau). Cette idée s’applique non seulement dans la décoration d’une maison, mais également dans l’assiette ! Chacun des cinq éléments est associé avec une saison (l’été se divise en deux saisons dans la culture Feng Shui : l’été, et « l’été tardif »), et un organe du corps. Ainsi, manger équitablement des aliments rattachés à tous les organes et saisons aident à conserver l’harmonie du corps et de l’esprit, et ce pendant toute l’année. Mais comment savoir à quel aliment se rattache tel ou tel élément ? Par sa couleur ! Par exemple, l’élément bois est symbolisé par la couleur verte. Il représente à la fois le Printemps, et l’organe du foie. De la même manière, le feu est associé au cœur, et à l’été, il est symbolisé par la couleur rouge. L’harmonie des couleurs dans un plat est donc essentielle pour juger de la qualité d’un repas.

Un autre précepte du Feng Shui, celui-là plus connu en Europe, et celui du Yin & Yang, c’est-à-dire la recherche de l’harmonie en mettant en balance l’actif (yang) et le passif (yin). Cette idée est également transcrite dans la nourriture : suivant l’idée que le repas constitue une source d’énergie pour notre corps, le Feng Shui énonce que l’on peut influer sur notre humeur à travers la nourriture. La viande, les œufs et les aliments chauds sont ainsi rattachés au Yang, et sont réputés donner du tonus et stimuler le mouvement. Au contraire, les salades, aliments froids, liquides et fruits seront plutôt assimilés à une humeur calme et relaxée.

Toutefois, toujours selon les règles du Feng Shui, ce qui est bon pour un individu ne l’est pas forcément pour un autre. En effet, si chaque environnement est dominé par un élément, il en est de même avec les êtres humains. En fonction de la date et de l’heure de naissance, chaque personne possède un « élément favorable » qui influence sa personnalité. La nourriture doit donc s’accorder avec cet élément pour favoriser le « cycle de chance » de chaque personne.

Enfin, si les Hongkongais prêtent attention à la nourriture dans leur assiette, ils attachent également de l’importance au cadre dans lequel ils mangent. La décoration dans un restaurant ou une salle à manger est donc essentielle. Traditionnellement, les tables de repas sont de forme arrondie. En effet, chaque forme possède une signification précise dans la culture Feng Shui, et le rond est la plus positivement connotée. Les portes arrondies dans les jardins chinois en sont un exemple. Cette forme symbolise le paradis et permet de garder éloignées les tensions. De la même manière, les couleurs de l’ameublement influencent l’énergie dans la pièce : les couleurs claires comme le jaune ou les tons de brun foncé chargent la nourriture d’énergie conviviale et vivifiante. Le blanc cassé sera également indiqué puisqu’il symbolise pureté et clarté.

Le Feng Shui n’envisage donc pas seulement la nourriture comme simple moyen de combler un besoin, mais comme réel terrain pour améliorer le bien-être du corps et de l’esprit, à travers des règles bien établies. Après ce rapide aperçu des différentes règles qui organisent le rapport des Hongkongais à la nourriture. Manger est donc une activité envisagée avec beaucoup de sérieux ici à Hong Kong. Toutefois, les habitants attachent peu d’importance à l’heure du repas. Contrairement à la France, où les trois repas par jour sont ancrés dans notre vie quotidienne, les Hongkongais sont capables de manger à toute heure de la journée, du sucré comme du salé. Dans une dynamique de mesure, chaque repas essaye ainsi de respecter les règles d’équilibre entre les différents aliments, y compris le sucré et le salé. L’afternoon tea composé d’une cuisse de poulet accompagné d’un toast au lait concentré peut donc surprendre nos esprits français, assez peu habitués à ce genre de mélange.

Aujourd’hui, le Feng Shui connait encore en Chine une grande popularité, et influence profondément la façon de se nourrir des Hongkongais. Mais cet art millénaire connait également ses heures de gloire en Occident. Les règles du Feng Shui mettent en effet l’accent sur une nourriture diversifiée, composée de produits frais et sains, et consommés en saison.  Cette philosophie ne manque pas de séduire de nombreux partisans d’une alimentation plus respectueuse de l’environnement.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s