Journée Mondiale de l’Eau: les enjeux d’une ressource clé.

Selon l’ONU, 663 millions de personnes sont toujours privées d’accès à l’eau potable à travers le Monde. Parce que l’eau est une ressource incontournable de la chaîne alimentaire, de la production à la consommation, nous avons souhaité profiter de la Journée Mondiale de l’Eau pour partager avec vous les enjeux qui l’entourent dans les différents pays que nous avons découverts.

Tour d’horizon de l’eau dans le Monde.

Pour commencer, il nous semble important de situer nos analyses dans un contexte global. Si 72% de la surface de la planète est couverte d’eau, l’homme n’a accès naturellement qu’à 0.02% de la ressource. Et pourtant, nous continuons à rejeter près de 80% de notre eau consommée, au lieu de développer des méthodes de recyclage. Autre fait marquant, l’agriculture concentre 70% de la consommation mondiale d’eau. En incluant l’eau utilisée pour l’ensemble des produits que nous consommons et que nous utilisons pour vivre, on arrive donc à plus de 2 000 litres d’eau consommés par personne et par jour !

Arthur (Etats-Unis)

Deux gros problèmes caractérisent les Etats-Unis dans leur gestion de l’eau : le gaspillage et le climat. Vous l’aurez noté, cette moyenne globale ne permet pas d’exprimer les énormes disparités qui existent entre les pays. Aux Etats-Unis, les chiffres sont impressionnants. L’américain moyen consomme chaque jour près de 6 000 litres d’eau, et 600 litres se dirigent seulement vers sa consommation domestique. En d’autres termes, le citoyen américain consomme chaque jour 600 litres d’eau pour se laver, manger, ou… arroser son jardin. Cependant, il faut quand même noter que les comportements changent lentement mais sûrement, puisque la consommation d’eau diminue, en parallèle d’une augmentation du taux de recyclage de l’eau.

Comme la plupart des pays développés, l’agriculture est le second consommateur d’eau derrière l’industrie. Mais l’immensité du pays entraîne des situations de gestion de l’eau complètement différentes. Si l’Est du pays est épargné, l’Ouest du pays souffre chaque année d’importantes sécheresses. En Californie, l’état d’urgence a été déclaré en 2014 et en 2015, appelant les habitants à « sacrifier leurs pelouses vert émeraude ». Il était ainsi par exemple interdit d’arroser les pelouses, mais aussi de servir un verre d’eau du robinet au client du restaurant, sauf « demande expresse »… Paradoxalement, l’état d’urgence n’a pas entraîné de contraintes supplémentaires pour l’agriculture, plus gros consommateur d’eau de l’Etat, aussi surnommé « le verger des Etats-Unis », pesant 27 milliards de dollars… Rassurez-vous, les fortes précipitations de l’hiver devraient mettre à mal les fortes sécheresses qui touchent cet Etat chaque année.

Marine (France)

Eau du robinet ou eau en bouteille ? Éternel débat sur laquelle serait la plus saine, la moins polluée et la meilleure pour l’environnement. Débat qui n’a peut-être plus lieu d’être puisque, selon une étude de la WWF France*, des polluants seraient présents dans notre eau du quotidien, qu’elle provienne du robinet ou d’une bouteille. En effet, selon leur rapport, 90% des eaux des cinquante villes étudiées contiennent du nitrate. Pire, 14 villes présentent au moins 6 micropolluants dans leur eau. De l’autre côté, la présence de 4 micropolluants (nitrates, aluminium, antimoine, plomb) a été avérée dans les quinze différentes bouteilles d’eau minérale et d’eau de source étudiées.

Pour autant, cela ne veut pas dire que les normes qui définissent une eau potable ne sont pas respectées. Les usines d’eau potable font correctement leur travail, car ces polluants sont en trop faible quantité pour être inquiétants dans l’immédiat. Mais ce que pointe l’enquête, c’est que ces normes ne tiennent pas compte des effets à long terme de l’ingestion de faibles doses de polluants, des « effets cocktails » liés au mélange de certaines molécules, et des effets connus des perturbateurs endocriniens contenus dans l’eau. De plus, aux vues de la dégradation continue de la qualité des eaux brutes, il semble que le dispositif d’analyse actuel soit insuffisant.

Enfin, il existe une forte disparité de la qualité de l’eau du robinet entre villes et communes rurales en France. En campagne, les communes sont davantage exposées aux pollutions d’origine agricoles alors qu’elles disposent de moyens moindres à la fois pour la surveillance et le traitement de leurs eaux.

Manon (Costa Rica)

Développement durable, biodiversité, gestion soutenable, démocratique et participative des ressources… le Costa Rica est souvent vu à travers un prisme positif qui tronque la réalité. En effet, en parallèle du tourisme, l’économie nationale se base fortement sur l’agriculture, et a ainsi adopté pour un modèle agro-industriel qui fait de lui un des leaders mondiaux dans l’exportation de fruits (notamment d’ananas). Cependant, loin de se démarquer par une performance écologique particulière, ce modèle implique une utilisation extrêmement forte de pesticides. Ses conséquences sur les ressources aquifères sont fortes : d’une part une détérioration des sols et un assèchement des nappes phréatiques, et d’autre part la pollution des nappes phréatiques restantes.

Récemment (le 20 Mars, 2015), la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme (CIDH) a tenu une audience pour entendre les arguments des communautés rurales costariciennes (Siquirres) ayant vu leurs nappes phréatiques contaminés par des sociétés impliquées dans la production d’ananas. D’ailleurs, depuis Juillet 2007, plus de 6000 personnes parmi ces communautés rurales consomment de l’eau potable livrée par camions citernes et fournis par le service public. De même, et comme on l’a vu la semaine dernière, les impacts de la culture de café sur les ressources en eaux sont loin d’être réglés : lors de la transformation de la cerise de café, l’eau polluée utilisée pour le nettoyage des fruits est rejetée à la fin du processus dans la terre, sans traitement.

…..Bref, autant d’éléments qui font réfléchir à la construction d’un mythe national à travers une stratégie de marketing-pays, en cette journée mondiale de l’eau. Restons quand même positifs: de nombreuses activités de recherche sont actuellement en cours pour améliorer la gestion de l’eau au Costa Rica. Dans le cas du café, on vient notamment de prouver que la dispersion des eaux “polluées” sur de grandes superficies réduisait quasi totalement la contamination des sols, du fait d’une meilleure absorption.

Alexandre (Afrique Australe)

De 2014 à 2016, le phénomène climatique global « El Niño » a particulièrement frappé l’Afrique australe. Le bilan de la saison des pluies 2017 ne semble guère meilleur. Entrainant une sécheresse extrême dans la région, El Niño met en péril la sécurité alimentaire de près de 12,3 millions d’habitants d’Afrique australe, dont les sociétés restent très dépendantes d’une agriculture encore largement nourricière. Les gouvernements du Botswana, du Lesotho, du Malawi, de la Namibie, du Swaziland et du Zimbabwe ont ainsi déclaré l’Etat d’urgence, tandis que le Mozambique s’est placé en alerte rouge. L’organisation régionale, la Southern Africa Development Community a déclaré un état de sécheresse régional et fait appel à l’aide humanitaire internationale. Au-delà des problèmes de sécurité alimentaire, cette situation de sécheresse intense se traduit aussi par une augmentation des maladies dans la région. En effet, les habitants doivent se résoudre à utiliser des sources d’eau non protégées alors que les hôpitaux ne parviennent plus à faire face à ces nouvelles vagues d’épidémies. Par ailleurs, les mouvements de populations provoqués par El Niño ainsi que la réduction régionale des ressources d’eau disponibles participent à déstabiliser une région déjà exposée à d’importantes tensions politiques, tant au niveau local avec la mise en œuvre de véritable mafia de l’eau, qu’au niveau des relations entre Etats, avec par exemple des tensions aux frontières de lacs asséchés.Afrique Sécheresse

Cette sécheresse touche particulièrement les enfants : selon l’ONU, ils seraient près de 3,2 millions dans la région à avoir un accès difficile à l’eau potable. Elle impacterait aussi largement leur éducation. Ainsi, près de 78% des écoles du Swaziland seraient handicapées dans leur fonctionnement par la sécheresse, et 132 000 élèves auraient cessé de fréquenter les bancs de l’école au Malawi. Enfin cette sécheresse les forcerait aussi à devoir abandonner l’école pour travailler et survivre.

 

Ainsi, les enjeux de la ressource en eau sont multiples. Si la sécheresse sévit dans différents endroits du Monde, ses conséquences ne sont pas ressenties partout de la même manière. Si elle bouscule le confort des Californiens ou questionne les méthodes agricoles du Costa Rica, elle entraîne la faim et la mort en Afrique Australe. A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Eau, profitons de cette chance de pouvoir choisir entre une eau du robinet ou en bouteille sans tomber malade, pour réfléchir à nos comportements du quotidien. Alors que la consommation d’eau pourrait augmenter de 50% d’ici à 2030, agir contre le gaspillage de cette ressource semble être un impératif économique mais aussi humanitaire.

 

>> Donc… au boulot les enfants, il n’est jamais trop tard pour s’y mettre!

 

La consommation d’eau par habitants dans le Monde :

http://www.planetoscope.com/consommation-eau/135-consommation-d-eau-par-habitant-dans-le-monde.html

Eau du robinet ou eau en bouteille ?

http://www.wwf.fr/vous_informer/rapports_pdf_a_telecharger/?1205/eau-robinet-eau-bouteille

Le Costa Rica, entre Mythe et Réalité (Médiapart) : https://blogs.mediapart.fr/marilza-de-melo-foucher/blog/180615/costa-rica-entre-mythe-et-realite

La sécheresse en Afrique : http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/07/28/secheresse-en-afrique-australe-aide-d-urgence-chiffree-a-un-milliard-de-dollars_4975925_3212.html

Mesures d’urgence en Californie : http://www.lemonde.fr/planete/article/2015/04/01/la-californie-prend-des-mesures-d-urgence-pour-faire-face-a-une-secheresse-historique_4607763_3244.html

 

A propos :

Aujourd’hui, 22 Mars 2017, se déroule la Journée Mondiale de l’Eau. Mise en place par l’ONU en 1993, cette journée vise à informer et mobiliser les gouvernements, associations et les citoyens du Monde sur les enjeux qui entourent cette ressource rare mais vitale pour l’homme. Au-delà du symbole, cette journée marque le lancement de plusieurs projets, de l’échelle locale à internationale.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s